Nous sommes pour le vote au Parlement d'1% du chiffre d'affaire annuel des sociétés d'exploitation minières au Burkina-Faso #MinesAlerte #BurkinaFaso

lundi 11 mai 2015

Plaidoyer pour l'adoption du code minier du Burkina : 1% de l'argent de l'or au profit des populations locales



(Jonas Hien, Président de la coalition des Organisations de la Société Civile pour la Campagne)
L’ONG Organisation pour le Renforcement des Capacités de Développement (ORCADE) a organisé une conférence publique le vendredi 24 avril 2015 dans le cadre de la campagne internationale pour l’adoption du code minier du Burkina. 1% de l’argent de l’or pour un meilleur accès des populations aux services sociaux de base. Tel est le vœu de l’organisation dirigée par Jonas Hien.

Quel code minier pour le Burkina ?  Cette question a retenu l’attention des participants à la conférence publique. C’est l’économiste, Dr Seydou Ouédraogo de l’Institut Free afrik qui a décortiqué le sujet avant les échanges qui ont été bien nourris. Il faut relever que depuis les années 1990, le Burkina connaît un important développement des travaux d’exploitation minière. L’exploitation  de gisements aurifères a effectivement démarré dans la première décennie de l’année 2000, particulièrement les 5 dernières années. Le Burkina fait partie aujourd’hui des pays africains considérés comme riches en ressources aurifères. Par exemple, en 2012, l’or a contribué à hauteur de 168 milliards au budget de l’Etat.
Le Burkina est en voie d’adopter un nouveau code minier. Afin qu’il prenne en compte les aspirations des populations, l’ONG Orcade est en train de mener une campagne internationale de plaidoyer.  1% de l’argent de l’or pour un meilleur accès des populations aux services sociaux de base. Telle est la volonté de l’ONG  Orcade de Jonas Hien. "Le tout...", a-t-il soutenu, "n’est pas d’avoir un code attractif pour les investisseurs.  Il doit être respectueux de l’environnement et de l’intérêt des populations locales". Afin que le code prenne en compte ses aspects, le plaidoyer sera mené au niveau du Conseil national de la transition.
Par RHO
 Source : Le Quotidien

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire